Melodie Treasury Banner

Deux poèmes de Louis Aragon

Poulenc (1943)

C

J'ai traversé les ponts de Cé
C'est là que tout a commencé

Une chanson des temps passés
Parle d'un chevalier blessé

D'une rose sur la chaussée
Et d'un corsage délacé

Du château d'un duc insensé
Et des cygnes dans les fossés

De la prairie où vient danser
Une éternelle fiancée

Et j'ai bu comme un lait glacé
Le long lai des gloires faussées

La Loire emporte mes pensées
Avec les voitures versées

Et les armes désamorcées
Et les larmes mal effacées

O ma France ô ma délaissée
J'ai traversé les ponts de Cé

Fêtes galantes

On voit des marquis sur des bicyclettes
On voit des marlous en cheval-jupon
On voit des morveux avec des voilettes
On voit des pompiers brûler les pompons

On voit des mots jetés à la voirie
On voit des mots élevés au pavois
On voit les pieds des enfants de Marie
On voit le dos des diseuses à voix

On voit des voitures à gazogène
On voit aussi des voitures à bras
On voit des lascars que les longs nez gênent
On voit des coïons de dix huit carats

On voit ici ce que l'on voit ailleurs
On voit des demoiselles dévoyées
On voit des voyous On voit des voyeurs
On voit sous les ponts passer les noyés

On voit chômer les marchands de chaussures
On voit mourir d'ennui les mireurs d'œufs
On voit péricliter les valeurs sûres
Et fuir la vie à la six-quatre-deux

Louis Aragon

Two poems by Louis Aragon

 

C

I crossed the bridges of Cé
it is there that it all began

a song of times gone by
speaks of a wounded knight

of a rose on the road
and of an unlaced bodice

of the castle of a insane duke
and of the swans in the moat

of the meadow where
an eternal fiancée comes to dance

and I drank like a chilled milk
the long lay of the falsified glories

The Loire carries my thoughts away
along with the upturned cars

and the unprimed firearms
and the tears barely wiped away

o my France o my forsaken one
I crossed the bridges of Cé

Gallant festivities

One sees marquises on bicycles
one sees pimps in petticoats
one sees brats with veils
one sees firemen burning their pompons

one sees words thrown on the rubbish-heap
one sees words carried aloft
one sees the feet of the children of Mary
one sees the backs of public speakers

one sees gasogene powered cars
one also sees handcarts
one sees fellows whose long noses bother them
one sees eighteen-carat fools

one sees here what one sees elsewhere
one sees girls gone astray
one sees gutter-snipes one sees voyeurs
one sees the drowned passing under the bridge

one sees shoe sellers out of work
one sees egg candlers dying of boredom
one sees reliable values in jeopardy
and life fleeing by the six-four-two

© translated by Christopher Goldsack

This translation is offered for study purposes. If seeking to use it for concert programmes please do let me know, and if for commercial purposes please consider making a small donation towards the upkeep of the site.